Retour à la liste

Communiqué

mardi 07 mars 2017

Observatoire des Trajectoires Professionnelles : un actif occupé sur quatre a connu une transition professionnelle au cours des 12 derniers mois

Quels sont les différents visages de la transition professionnelle en France ? Quel est l’impact de ces transitions sur les sphères professionnelle et privée des individus concernés ? C’est à ces questions que répond la deuxième édition de l’Observatoire des Trajectoires Professionnelles mené par les groupes Adecco (Lab’Ho) et IGS (LIPSE).

Changer d’emploi, quitter un CDI pour créer son entreprise, connaître une période de chômage, retourner à l’emploi après un congé parental… : chaque année, de nombreux actifs connaissent une transition professionnelle. En France, c’est même un actif occupé sur quatre qui est concerné (26,2% de la population active occupée), comme le révèlent les résultats du deuxième Observatoire des Trajectoires Professionnelles. Un chiffre qui confirme la tendance observée dans la première édition de cette étude menée par le Lab’Ho, Observatoire des hommes et des organisations The Adecco Group, et le LIPSE, Laboratoire d’innovation sociale et de la performance économique de l’Ecole IGS-RH (Groupe IGS).

Quel visage de la transition professionnelle ?

A travers une étude quantitative menée auprès d’un échantillon représentatif IPSOS de 1001 personnes couplée à une phase d’entretiens qualitatifs avec des individus ayant connu une transition professionnelle au cours des 12 derniers mois, l’Observatoire révèle notamment que :

  • En France, un actif occupé sur quatre (26,2% de la population active occupée) a connu une transition professionnelle au cours des 12 derniers mois ;
  • 55% des individus ayant connu une transition sont des femmes ;
  • Le fait d’être jeune augmente les probabilités d’avoir connu une transition au cours des
    12 derniers mois ;
  • Les personnes dont le niveau d’éducation correspond au niveau collège d’une part ou au niveau Bac+3 à Bac+8 d’autre part sont particulièrement concernées ;
  • Certaines trajectoires semblent donner l’impression aux individus de subir ces changements tandis que d’autres apparaissent comme des moments privilégiés de réécriture de soi.

En réalité, ce n’est pas une transition mais six trajectoires qui se dessinent

L’étude permet de dépasser une vision unique du marché de l’emploi et de passer d’une vision globale de la transition professionnelle à celle de trajectoires variées. L’analyse des données révèle ainsi six profils types :

  • Les polymorphes (8,9% de la population active occupée) : femme dans 56% des cas, de moins de 34 ans (55%), le Polymorphe a connu plusieurs situations de transition professionnelle au cours des 12 derniers mois. Si son employabilité est forte, son rapport au travail apparaît compliqué (ennui au travail, surinvestissement professionnel…).
  • Les mobiles (8,8 %) : plutôt femme et/ou jeune, le Mobile a enchaîné les contrats flexibles (CDD, intérim, multi-activité). Mais contrairement aux idées reçues, les intérimaires sondés ont un regard positif sur l’emploi lorsqu’on les compare avec les autres sous-catégories de ce premier profil type.
  • Les re-actifs (5,1%) : les femmes (64%) et les jeunes de 18-39 ans (60%) sont les plus concernés. Redevenu actif à la suite à une période de chômage, d’un arrêt maladie ou d’un congé parental, le Re-actif a le sentiment que son équilibre vie professionnelle / vie privée est difficile à respecter.
  • Les pré-retraités actifs (1,4%) : homme dans 58% des cas, le Pré-retraité actif entame sa transition vers la retraire à partir de 55 ans. Une transition de fin carrière qui semble toujours entraîner des effets positifs sur les ressentis au travail.
  • Les formés (1,3%) : que ce soit à l’issue d’une formation initiale ou d’une formation continue, le Formé est dans la plupart des cas un homme (65%) de moins de 45 ans. Bien qu’il ait le sentiment d’un épuisement professionnel, d’un surinvestissement professionnel, il estime une bonne prise en main de sa carrière et une attractivité sur le marché de l’emploi accrue.
  • Les réorientés (0,7%) : une transition qui commence tôt puisque les 27-34 ans représentent 65% des Réorientés. Ce changement professionnel peu ou pas accompagné semble plus souvent subi et remet en cause la satisfaction du réorienté face à sa vie professionnelle.

Vivre une transition et être satisfait de sa vie professionnelle

Dans cette deuxième édition, l’Observatoire des trajectoires professionnelles fait un focus sur les individus ayant connu une transition professionnelle dans les douze derniers mois et déclarant être satisfaits de leur vie professionnelle. 18-26 ans, 27-34 ans, 35-50 ans, 50 et plus : quelle que soit la tranche d’âge, la capacité à gérer sa carrière, le fait d’apprendre au quotidien, l’employabilité ressentie ainsi que le contrat psychologique semblent être les principaux critères de la satisfaction professionnelle des sondés. Des facteurs d’épanouissement communs aux sondés n’ayant pas connu de transition professionnelle sur l’année. D’où l’importance d’accompagner les trajectoires professionnelles des actifs, en se centrant sur les capacités des individus à s’orienter et sur les opportunités de développement qui peuvent leur être offertes.

Contacts presse

  • Elsa Portal – The Adecco Group France – 06 21 54 34 71 – elsa.portal@adeccogroup.com
  • Alice Martin-Milon – The Adecco Group France – 07 61 79 71 43 – Alice.martin-milon@adeccogroup.com
  • Axelle Guilmault –06 86 90 84 12 – aguilmault@groupe-igs.fr
  • Raphaël Soudan – Agence Ketchum – 01 53 32 55 17 – raphael.soudan@ketchum.fr
Télécharger le communiqué de presse au format PDF
866a9fddc63ed1afd62b9d0513fc8377kkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkkk