Retour à la liste

Actualité

lundi 09 février 2015

« Recruter, recrutez, recruté(e)s autrement… »: pour une autre culture du recrutement

L’étude « Recruter autrement » a été menée dans le cadre du Cercle pour l’Emploi, en collaboration avec le Groupe Adecco France et les entreprises partenaires de la Chaîne du Oui.

A l’heure où nombreuses offres d’emploi ne trouvent pas preneur alors que près 5 millions de personnes sont sans emploi, nous nous sommes interrogés sur la façon de penser autrement les bases du recrutement pour favoriser un marché de l’emploi ouvert à tous les talents et contribuer ainsi au combat pour l’emploi.

Une méthodologie en quatre étapes :

  • Le travail de dix entreprises membres de la « chaine du Oui » d’Adecco, réunies à plusieurs reprises tout au long de l’année pour partager expériences et bonnes pratiques.
  • L’interview d’une trentaine de témoins et d’experts du recrutement pour l’aspect qualitatif de l’étude.
  • Une enquête miroir, menée par Ipsos selon la méthode des quotas, entre le 1eret le 10 octobre 2014, sur un échantillon de 502 entreprises et 800 candidats ayant été recrutés au cours de l’année.
  • L’apport académique de chercheurs.

Voir l’infographie

HTML Map

Pour une autre culture du recrutement

Aucune réponse miraculeuse ne permettra la mise en relation idéale de l’offre et de la demande sur le marché du travail. En revanche, une autre culture du recrutement est possible, replaçant l’humain au centre du processus. S’ouvrir à la diversité, multiplier les méthodes de sélection, adapter la méthode au besoin, impliquer les équipes managériales… autant de réponses à la question du recruter « autrement ».

L’étude propose plusieurs pistes d’analyse des divers processus de recrutement, au regard de facteurs tels que la taille des entreprises, l’ampleur des services des ressources humaines ; mais aussi les besoins humains, en compétences ou en formations, et les tendances à l’utilisation des nouvelles technologies dans la détection des talents. Comme l’a rappelé Guillemette de Larquier, la France entretient une culture de la « candidature spontanée », comme si l’offre et la demande devaient se rencontrer d’elles-mêmes, sans l’intervention d’un intermédiaire. Cette vision renforce l’idée qu’il y aurait un marché transparent, sur lequel toute l’information serait disponible pour tout le monde.

Le groupe de travail s’est interrogé sur l’importance du processus de recrutement dans l’intégration d’un nouveau collaborateur au sein de l’entreprise. Les requêtes des recruteurs sont-elles en adéquation avec la réalité du marché de l’emploi ? Avec les besoins réels de l’entreprise ? Comment s’assurer de choisir la bonne recrue pour les bonnes raisons ?

L’intervention des intermédiaires est indispensable. Car le recrutement est un savoir-faire à part entière, qui nécessite des connaissances et des moyens dont ne disposent pas toujours ceux qui se chargent du recrutement. En résulte l’abandon des managers ou des chefs d’entreprise fatigués par la recherche chronophage et inefficace d’un profil qu’ils ne parviennent pas à trouver.

Recruter autrement, c’est aussi chercher à identifier ceux qui s’épanouiront dans l’entreprise de leur choix à long terme. C’est pourquoi 12 propositions encouragent les entreprises à multiplier des méthodes de recrutement et à adapter celles choisies à un besoin préalablement bien défini.

HTML Map

A lire en complément, les témoignages en intégralité de trois personnes interviewées pour l’étude :

Paul Goutry, Référent Emploi, Justice Deuxième Chance

Lydie Guthman, chargée de sensibilisation sur la gestion des déchets à Sarcelles

Julien Ringenbach, chef d’entreprise

9efa77cc332ff5f43c974ce7b5fca81ctttttttttt